Pour de nombreuses personnes, il suffit de retirer les fibres animales. Ceci est également fait au profit des matériaux synthétiques (comme le polyuréthane). En d’autres termes, nous nous mettons davantage du côté des gens qui pensent que protéger les animaux, c’est protéger la nature. Pour nous, la mousse et le plastique ultra-polluants semblent être un non-sens. De plus, une image a émergé à ce moment: dans l’océan, le plastique abonde, en particulier les poissons et les tortues venimeux. Par conséquent, à mon avis, par souci de cohérence, la literie végétalienne doit être naturelle.

Vidéo : Dossier du Jour : Draps, housses de couettes: Comment bien choisir son linge de lit?